Retour à la page d'accueilChat
Bienvenue sur la page d'accueil du forum. Venez toujours sur cette page pour vous connecter (bouton "Identification") ou vous déconnecter (bouton "Déconnexion").
 
Aller à une discussion: Page précédenteSuivant
Aller à (jacta est): Liste des forumsListe des messagesNouveau sujetChercherIdentification
SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 15/10/08 20:39

Petite enquête sur un étrange raisonnement récemment lu sur OT:

Le 25 septembre 08, une question est posée: (...) "Quelle région d'Europe aurait peut-être inspiré Hergé pour la Syldavie, d'après [le] Cercle d'Histoire [de Bruxelles]? "
Dans la discussion qui suit alors sont successivement exclus 10 pays ou régions d'Europe: Roumanie, Yougoslavie, Macédoine, Moldavie, Silésie, Albanie, Transylvanie, Brabant, Valachie et Transniestrie.

Le 1er octobre, conseil de s'intéresser aux "éléments objectifs":
"Si l'on s'en tient aux "éléments objectifs" fournis dans l'album ["le Sceptre d'Ottokar", p.19-21] d'Hergé, pays balkanique, envahi par les Slaves, occupé par les Turcs, utilisant l'alphabet cyrillique, il n'y a que quatre* possibilités, dont une seule a été citée jusqu'à présent, sauf erreur de ma part..."
Dans la discussion qui suit sont exclus 7 autres pays ou régions: Pélagonie (= ancienne Haute Macédoine), Bavière, Suisse, Montenegro, Kosovo, Bulgarie et Serbie.

Le 8 octobre 2008, un indice contradictoire est fourni: "(...) la région évoquée par le Cercle d'Histoire de Bruxelles comme ayant influencé Hergé pour la Syldavie ne se trouve PAS dans les Balkans !"
Dans la discussion qui suit sont encore exclus 4 autres pays ou régions: Pays-Bas, Slovénie, l'île croate de Hvar, Malopolska (au sud de la Pologne, réponse pourtant correcte donnée suite à un indice précis, à savoir la région qui "a offert en 2007 un nouveau costume au célèbre Manneken Pis, costume similaire à celui des paysans syldaves maintes fois représenté par Hergé...").

Enfin, le 11 octobre 2008 arrive la réponse voulue: "Oui, il s'agit bien de la Pologne, et plus précisément de la Cachoubie (=> kajoebereir), une région [au nord de la Pologne...] où l'on parle le kachoube, et dont la topographie, les costumes et le château teutonique de Malbork ont peut-être inspiré Hergé pour la Syldavie, d'après le Cercle d'Histoire de Bruxelles..."

En plus de contredire les "éléments objectifs" (clé implicite) en annonçant que finalement la région recherchée "ne se trouve PAS dans les Balkans", le questionneur aurait pu préciser qu'elle "n'a PAS été occupée par les Turcs" et "n'utilise PAS l'alphabet cyrillique", pour discréditer mieux encore les "éléments objectifs" proposés une semaine plus tôt! Une quasi 'destruction de preuves'!!

Ceci tend à montrer, si besoin était, qu'on peut écrire à peu près n'importe quoi sur Tintin, et qu'un certain 'langlois' -qui en 2006 critiquait à demi-mots certaines idées reçues sur le sujet- n'avait peut-être pas tout à fait tort, et n'a guère été entendu depuis...

Qu'en pensez-vous?
Et qui peut nous en dire plus sur ce "Cercle d'Histoire de Bruxelles"?


________________________________________-
* L'alphabet cyrillique est en usage en Macédoine, Monténégro, Serbie, Bulgarie, et en Bosnie (en partie), selon
www.dzana.net/119-bosnie-syldavie-tintin.html

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: dofero (Adresse IP journalisée)
Date: 16/10/08 09:27

Très intéressant ton sujet,mik.
Pour aller dans ton sens et compléter, voici quelques-unes de mes réflexions qu'il m'a inspirées.

1° tout à fait d'accord avec toi qu'on a écrit et qu'on continue d'écrire n'importe quoi sujet Tintin. D'où ma réticence d'acheter un ouvrage au sujet d'Hergé ou de Tintin, à moins qu'il ne m'ait été recommandé...

2°Hergé n'est ni un historien, ni un géographe. Ses allusions à un pays réel ou imaginaire ne sont là que pour nourrir l'intrigue, et en aucun cas n'ont de buts pédagogiques. Quand Hergé évoque la Syldavie et la Bordurie, le Khemed, où le San Theodoros, dans son esprit il s'agit de pays « quelque part par là... ».
Toute tentative de rapprochement avec la réalité, outre qu'elle est parfaitement inutile, est à mon avis, vouée à l'échec. Prenons par exemple le San Theodoros. Il est certain, que le Gran Chapo de l'Oreille Cassée est une allusion au Gran Chaco, et ses conflits pétroliers d'avant-guerre. Son évocation sert uniquement à faire comprendre pourquoi Tintin arrive dans un pays en guerre. Maintenant, dans cet album on évoque à la fois la mer, la forêt équatoriale, la savane (paysage du Gran Chaco), et plus tard dans les Picaros, la civilisation Aztèque. Il n'y aurait guère que le Brésil qui réponde à cette description, mais la taille de ce pays le rend incompatible avec la description et les événements qu'Hergé en fait dans ses différents albums...
Eh bien tant pis, n'en parlons plus et passons à autre chose...

Même pour les pays réels, Hergé ne s'embarrasse pas trop de réalisme en ce qui concerne la globalité du pays. Notre webmaster et son frère ont montré lors de leur conférence à Chabeuil qu'il existait un flou très artistique quant à la localisation des tribus indiennes que rencontre Tintin.
Je pense, si j'ai bien compris leur état d'esprit, que tout compte fait cela n'avait aucune importance, du moment que le détail était lui le plus proche de la réalité possible (apparence des Indiens). C'est à mon avis dans cet esprit qu'il a dessiné les rues de Shanghai dans le Lotus bleu.
C'est cela qui est à la base de la qualité des albums de Tintin, et non pas de savoir si Monsieur Georges Remi aura 20/20 à son devoir de géographie !...

Pour en revenir à la Syldavie, si cela peut faire plaisir au « Cercle d'histoire de Bruxelles », malgré leurs énormes contradictions, de considérer qu'il s'agit d'une partie de la Pologne, laissons-les à leur satisfaction intellectuelle. Il faudrait cependant qu'ils nous indique où ont-ils vu des minarets en Pologne, et quel pays assimilent-ils à la Bordurie ?

De toutes façons, après mûre réflexion, je pense que l'on touche ici à un canular. Si ce n'est pas le cas, c'est navrant, très navrant...

Pour nourrir le sujet, voir cet article qui me paraît assez intéressant et colle au sujet :
[www.cafe-geo.net]

Pour terminer, après Tintin, je suggère au « Cercle d'histoire de Bruxelles » de commencer une étude sur les aventures d'Astérix... À mon avis, il va y avoir du sport^^^^



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16/10/08 09:30 par dofero.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 16/10/08 13:44

Merci Dofero pour tes commentaires, qui ont amené quelques petites réflexions:

DOFERO: "Toute tentative de rapprochement avec la réalité, outre qu'elle est parfaitement inutile, est à mon avis, vouée à l'échec."
RE: les choses ne sont peut-être pas aussi évidentes qu'elles en ont l'air...
Mais tu as sans doute raison, si tu parles du dérapage de raisonnement destiné à faire coller à tout prix les quatre "éléments objectifs" repérés dans le "Sceptre" avec les trouvailles polonaises du "Cercle d'Histoire de Bruxelles"...
Les quatre "éléments objectifs" (Balkans, Slaves, Turcs et cyrillique) donnés comme indices à la question du 25 septembre sont amha nettement plus "objectifs" que ceux (kachoube, topographie, costumes et Marienburg) que propose le "Cercle" d'Histoire" impliqué dans la tentative -à priori pourtant non dénuée d'intérêt- d'associer des éléments de l'oeuvre à des données 'étrangères' à celle-ci...

DOFERO: "Notre webmaster et son frère ont montré lors de leur conférence à Chabeuil qu'il existait un flou très artistique quant à la localisation des tribus indiennes que rencontre Tintin."
RE: J'ai hélas manqué cette conférence; il semble toutefois que ce flou puisse devenir nettement moins 'artistique' quand on étudie l'éclipse: dans "Mais où est donc le temple du Soleil" (2003), R.Lehoucq et R.Mochkovitch situent ce temple en pleine Amazonie grâce aux données fournies par la date et le trajet de l'éclipse, sans que l'on puisse ici vraiment aller 'plus loin'...

DOFERO: "Pour en revenir à la Syldavie, si cela peut faire plaisir au « Cercle d'histoire de Bruxelles », malgré leurs énormes contradictions, de considérer qu'il s'agit d'une partie de la Pologne, laissons-les à leur satisfaction intellectuelle. Il faudrait cependant qu'ils nous indiquent où ont-ils vu des minarets en Pologne, et quel pays assimilent-ils à la Bordurie ? De toutes façons, après mûre réflexion, je pense que l'on touche ici à un canular. Si ce n'est pas le cas, c'est navrant, très navrant..."
RE: Amha, canular ou pas, c'est assez navrant.

DOFERO: Pour nourrir le sujet, voir cet article qui me paraît assez intéressant et colle au sujet : [www.cafe-geo.net]
RE: Sur ce site, la Syldavie et la Bordurie sont en effet cités une fois: "La Bordurie contre la Syldavie, c’est l’opposition entre un état capitaliste et un état sans nulle doute communiste"; j'ai comme un sentiment mitigé de déjà-vu et de déjà-entendu, pour ne pas dire ...d'idées reçues!
Ce qui semble par contre assez nouveau se trouve dans la dissertation sur les îles: "(...) le sujet [de l'île volcanique] a été traité et la réponse à votre question se trouve dans un album d’Hergé « Tintin et l’étoile mystérieuse » où l’on assiste à l’éruption d’une île volcanique (...)" !!
De tels exemples -ou brouillages de piste- sont légion: oui, on peut vraiment écrire et même ré-écrire presque n'importe quoi sur Tintin...

PS: la SYLDAVIE ne semble pas être d'un intérêt évident, à en juger par les 2 points (sauf erreur) recueillis à ce jour! :-)



Modifié 8 fois. Dernière modification le 17/10/08 13:08 par mik.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: HotelOsbargh (Adresse IP journalisée)
Date: 19/10/08 12:00

Si je puis me permettre, il me semble qu'Hergé était avant tout sensible à l'actualité. Instinctivement, il a placé assez rigoureusement les aventures de Tintin dans le temps car l'approche historique paraît plus évidente à respecter que la rigueur géographique. Il suffit de conserver les coupures de journaux ! Par contre, la localisation géographique est beaucoup plus compliquée car il ne suffit pas de se contenter de photos ou de descriptions de voyageurs sur des pays ou des régions qui, vus de Belgique ou de France, paraissent "toutes pareilles" pour décrire exactement un lieu. Il faut y être allé et consulter des atlas, des articles géographiques beaucoup moins accessibles !
Quand on parle d'une manière générique des Balkans, on omet la diversité des paysages. C'est pour cela que la situation géopolitique du Sceptre d'Ottokar est facilement identifiable : le conflit entre la Bordurie (Bulgarie) pro-allemande et la Yougoslavie (Syldavie) pro-"alliée". On peut penser aussi aux heurts entre la Hongrie pro-allemande et la Tchécoslovaquie alliée de la France. Cependant, les paysages ne correspondent pas. D'où l'influence de documents photographiques qu'Hergé a dû avoir en sa possession et qui montrent des paysages résolument balkaniques et non pas d'Europe centrale et de la plaine pannonienne. Par contre, sur le rappel "historique" de la Syldavie au moyen-âge, Hergé a pris des informations un peu partout et notamment dans l'histoire polonaise, la plus accessible à un grand public que celle des pays de la péninsule balkanique.
Je milite donc, comme vous pour une grande prudence et une grande modestie. Vouloir à tout prix assigner un lieu précis est impossible. par contre, on peut retrouver les divers éléments géographiques et historiques qui ont influencé Hergé.
Quant au contexte de L'Affaire Tournesol, il est résolument différent. La Bordurie est devenue communiste avec Pleksy-Gladz et ses moustaches à la Staline, qui, de mémoire, n'apparaît pas dans le Sceptre d'Ottokar. C'est d'ailleurs bien le trajet effectué par la Bulgarie : alliée de l'Allemagne jusqu'en 1945 et englobée dans la sphère soviétique après la guerre.
Bref, il est vrai que les certitudes affirmées ex abrupto par un certain nombre de tintinologues autoproclamés patriarches ès-Tintin, commencent à nous brouiller l'écoute.
Signé : HotelOsbargh, un ami qui vous veut du bien.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: jazzy (Adresse IP journalisée)
Date: 19/10/08 16:38

Les " tintinologues autoproclamés patriarches es-Tintin " ...on n'est pas obligé de les croire sur parole n'est-ce pas ?
Chacun peut se faire sa propre opinion tout en s'intéressant à l'opinion des autres, ce que je fais avec plaisir en vous lisant tous les trois
( mik, dofero, HotelOsbargh ...)

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 20/10/08 13:52

Jazzy: Les " tintinologues autoproclamés patriarches ès-Tintin " ...on n'est pas obligé de les croire sur parole n'est-ce pas ?

Assez d'accord, surtout pour un résultat d'enquête basé sur un raisonnement spécieux, avec en plus quasi 'destruction de preuves'... (les "éléments objectifs" mentionnés au début)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 21/10/08 19:48 par mik.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 09/06/09 14:59

A Saint-Nazaire, le 5 juin 2009, Yves Horeau a parlé de "L’Europe imaginaire d’Hergé".
voir [www.7soleils.org]

Cet intéressant papier mentionne deux "erreurs" concernant la Syldavie... Quelqu'un a-t-il eu vent de cette conférence, notamment pour ce qui concerne la solution du mystère dit de "la chambre jaune", partiellement dévoilé à la fin de cet article d'Yves Horeau?
Merci d'avance!

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 12/06/09 12:23

Quelqu'un va-t-il demain à Senlis écouter Yves Horeau?
Si c'est le cas, serait-il possible d'avoir un écho de sa solution du mystère dit de "la chambre jaune", auquel il fait allusion sur [www.7soleils.org] ?
(voir message précédent)

Merci d'avance!

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: webmaster (Adresse IP journalisée)
Date: 12/06/09 13:34

Je crois que le thème de sa conf à Senlis n'est pas la Syldavie, mais en tout cas un compte-rendu pour les SAPBMnautes serait fort bien venu ! Merci d'avance...

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 12/06/09 19:46

Je dirais même plus: un compte-rendu des DEUX conférences de Y.Horeau!
Merci et encore merci d'avance!



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12/06/09 19:47 par mik.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: webmaster (Adresse IP journalisée)
Date: 12/06/09 20:36

Autant pour moi, je ne savais pas qu'il donnait 2 conférences !
Un type très sympa d'ailleurs, je l'ai rencontré à Chabeuil il y a quelques années. et pas collectionneur pour deux sous... comme moi !

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 12/06/09 23:54

Précision:
La première conférence de Yves Horeau dont je parle a été donnée à St-Nazaire le 5 juin 2009, et portait sur "l'Europe imaginaire", à savoir la Syldavie et un 'mystère de la chambre jaune' à propos du vol du sceptre d'Ottokar, une énigme qui pourrait être intéressante à connaître...
Sans doute le conférencier parlera-t-il de ce 'mystère de la chambre jaune' évoqué à St-Nazaire, même si on lui pose la question à Senlis 8 jours plus tard!

voir [www.7soleils.org]

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 19/06/09 18:31

Encore une page qui évoque ce passionnant délit en huis clos, apparemment masqué et rendu invisible par Hergé.

[www.estuaire.org]

Qui nous en dira un peu plus sur l'étrange trouvaille faite tardivement par Yves Horeau? Quelqu'un aurait-il l'adresse de cet auteur?
Merci d'avance!

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: webmaster (Adresse IP journalisée)
Date: 19/06/09 20:29

J'ai son adresse mail si tu veux :
goldwatersevy@free.fr

On devine d'ailleurs son goût pour les jeux de mots : goldwater = or-eau et sevy = yves à l'envers !

P.S.: si tu le contactes, fais de la pub pour SAPBM pour qu'il s'inscrive^^



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19/06/09 20:30 par webmaster.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 19/06/09 21:51

Merci jmb! Je vais tenter de lui envoyer le lien direct de cette page, où son aide est fort demandée!

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 21/06/09 23:57

Voici la réponse d'Yves Horeau, ou comment aller 'plus loin':


Cher ami,
"trouvaille" est beaucoup dire. Je préfèrerai hypothèse. Je vous envoie
ci-joint les pages extraites de mon étude sur la Syldavie qui sont inédites.
Je les communique volontiers à mes amis tintinophiles en leur demandant
seulement d'indiquer, s'ils veulent en faire état, que j'en suis l'auteur.


LE VOL DU SCEPTRE D’OTTOKAR
On se souvient que Tintin, perplexe et déçu par l'impéritie ridicule des Dupondt, quitte le château Kropow décidé à tirer "lui-même cette affaire au clair". L'énigme ressemble au Mystère de la Chambre jaune, ce roman célèbre de Gaston Leroux paru en 1908 qu'Hergé a certainement lu : un "crime" commis dans un espace clos, fermé de l'intérieur, sans possibilité pour son auteur de s'échapper. En passant devant la boutique d'un marchand de jouets, son attention est attirée peut-être par une carabine à flèches "Eurêka", puis par le petit théâtre de marionnettes où Guignol rosse un comparse à coups de bâton, scène qui lui rappelle le duo grotesque des deux Dupondt se renvoyant la fourche de bois devant la fenêtre à barreaux de la salle du Trésor, puis par le château fort miniature dont la tour carrée et crénelée lui rappellent les lieux qu'il vient de quitter. Hergé ne dessine rien au hasard… Revenant sur ses pas, près de la forteresse de carton, il aperçoit le petit canon à ressort qui fera de lui un nouveau Rouletabille. "Eurêka !... J'ai trouvé!…" Le sceptre a servi de projectile au tube de guidage dissimulé dans l'appareil photographique ! Cette ingénieuse explication, confirmée en tous points, va en effet permettre de sauver la monarchie syldave.

C'est du moins ce que tout le monde a cru. Tintin en a fait la démonstration dans l'édition en noir et blanc de 1938 en catapultant un bâton ressemblant un peu au sceptre de l'époque, en forme de Γ[gamma]. Dans l'édition en couleurs, ce bâton devient une fourche Y pour mieux s'identifier au nouveau sceptre pourvu d'ailes. Encore un souvenir du scoutisme que ce bâton fourchu ! On le donnait au "départ routier", cérémonie qui avait lieu à un carrefour pour symboliser la croisée des chemins entre lesquels le routier aurait à choisir dans cette nouvelle étape de sa vie. À la différence du bois l’or est un métal tellement lourd que le catapultage d’un objet de cette taille au moyen d’un tube à ressort paraît problématique. Il valait la peine de le vérifier. À première vue, on croirait facilement que ce sceptre du XIVe siècle, remanié au XXe et objet de tant de convoitises, est en or massif ou, à la rigueur, creux. Rien ne nous ayant été dit à ce sujet, à partir d’un examen détaillé des images on peut évaluer le volume en estimant qu'il est composé d’un cylindre (60cm de long, 1,57cm de diamètre), de deux "pavés" pour les ailes et d’un pour le corps du pélican) soit au total (on épargne les calculs au lecteur) environ 480 centimètres cubes. La densité de l’or étant de 19,3 grammes par centimètre cube, on en déduit qu’en or massif, il pèserait 9,26kg. C’est très lourd ! Il est surprenant qu'un tel fardeau puisse être transporté dans la poche de l’imperméable de Tintin ou dans la gueule de Milou sur plusieurs kilomètres… On devine déjà qu'il va falloir un ressort extrêmement puissant pour l'expédier dans les airs et cette intuition va se renforcer si on considère la distance parcourue qu'on peut estimer à 106 mètres (schéma ci-dessous).



D’après les images, le sceptre est lancé d’une fenêtre de la Tour Carrée à 30m au-dessus du fleuve. L’angle de tir est de 30° (46 C 1). Le projectile décrit sans doute une trajectoire proche de celle du schéma, avec accélération de la chute verticale du fait des frottements de l'air. Il survole successivement : – l’espace entre la Tour Carrée et l’enceinte, 19m – la rive buissonnante au pied des murs, 11m – le fleuve, 50m – plus une certaine distance entre le fleuve et le point d'impact que nous estimons à 26m (après l'avoir calculé trigonométriquement en évaluant à 15m la hauteur au-dessus du fleuve du point de chute ( 48 B 3) sur l’autre rive). Total 106m.

Connaissant le poids (9,26kg), la distance (106m), l'altitude du tir (30m), l'angle du tir (30°), supposant par ailleurs que le ressort de l'appareil photographique a pour longueur 80cm et qu’on peut le comprimer jusqu’à 20cm, il est possible de poser une équation dont l'inconnue sera la "raideur" du ressort nécessaire pour obtenir cette belle performance. Le calcul donne : 24.816 N/m (newton par mètre), soit 2,5 fois la raideur d’un ressort d’automobile (!) Inutile de dire qu’il est impossible d’envisager de loger un tel ressort dans un appareil photographique, ni de le bander à la main, encore moins d’en réchapper s’il vous saute à la figure ! Dans quelle mesure peut-on faire varier ces données ? Ni les distances, ni la loi de gravité ne peuvent être modifiées. En revanche, on peut alléger le sceptre et trouver un angle de tir plus favorable.

Alléger le sceptre. L’or est un métal lourd mais mou. Si le sceptre est creux, une chute risque de l’abîmer considérablement. D’autre part, ni le titane ni l’aluminium n’existaient au XIVe. Revenons au bâton et proposons un sceptre creux en bois, plus précisément un bambou plaqué or, un bambou ou roseau emprunté à l’habitat du pélican et dont les nœuds correspondraient aux trois anneaux incrustés de pierres précieuses autour du manche. Pourquoi pas ? Le mot "sceptre" ne vient-il pas du mot grec skêptron qui signifie "bâton" ? Les trois anneaux incrustés de pierres précieuses correspondent peut-être aux nœuds d’un gros bambou de 3mm d’épaisseur, donc très résistant, recouvert d’une feuille d’or de 0,1 mm. Le corps de l’oiseau serait creux aussi mais pas les ailes. En épargnant les calculs au lecteur, nous parvenons à un sceptre dont la feuille d’or pèse 135gr et le bois (sa masse volumique serait de 0,81g/cm3, comme le chêne), 1kg soit au total 1,135kg.

Un angle de tir plus favorable. On peut imaginer que Czarlitz a tiré avec un angle de 45° auquel correspond la plus grande portée. Par application de la même formule, la constante de raideur du ressort passerait alors à 2.872 N/m. C’est plus raisonnable mais c’est encore trop. On voit mal comment l’appareil de photo truqué pourrait supporter une tension égale à 287 fois celle des ressorts à boudin utilisés dans les laboratoires de l’enseignement secondaire (10 N/m environ) sans compter que la détente de ce ressort aurait tué Tintin. Celui-ci s'est donc trompé en croyant voir le morceau de bois fourchu projeté par le ressort atterrir de l'autre côté du fleuve… Resteraient encore à examiner la résistance de l’air, l’influence du vent et le comportement en vol de cette flèche déséquilibrée, sa sensibilité aux chocs qui ne lui sont pas épargnés : coup sur la tête de Staszrvich, collision avec un bouleau, multiples atterrissages brutaux… Bref, vol du sceptre, oui, envol du sceptre, non.

Il faut se rendre à l’évidence, le roi, Tintin, les Dupondt et nous, avons été piégés. Nous avons été obnubilés par l'appareil photographique truqué qui n'était qu'un leurre. Personne ne s'est étonné que dans cette histoire les complices aient pris le risque d'abandonner le sceptre un après-midi entier, une nuit et une seconde matinée, dans un bois à cent mètres du château, alors que le précieux talisman était recherché par toutes les polices ! On objectera que Czarlitz ayant mal visé, les conjurés ne l'ont pas retrouvé tout de suite ; certes, mais il ne faut pas vingt-quatre heures pour dénicher un objet brillant de 60cm dans un sous-bois. En réalité, le sceptre en or est bien passé par la fenêtre de la tour Kropow mais il n'a pas été catapulté.

Nous proposons une hypothèse très simple qui ne contredit aucun des éléments du récit : un traître qui ne peut être qu'un membre de la garde spéciale du château Kropow a hissé le sceptre jusqu’au mâchicoulis qui surplombe la fameuse fenêtre au moyen d’une cordelette puis a réussi à le faire parvenir à ses complices. Certes, le capitaine se porte garant de ses hommes : " Ils sont au-dessus de tout soupçon ! Ce sont des hommes d'une fidélité éprouvée…" mais il est permis au lecteur d'avoir quelques doutes, lui qui sait à quoi s'en tenir quant à la fidélité des officiers de gendarmerie, du capitaine des gardes du palais, du colonel aide de camp du roi, du photographe officiel de la Cour, du pilote de l'avion spécial envoyé par le ministre de l'Air…" Des complices ! Ils en ont donc partout !..." soupire le roi. En effet… On peut conjecturer que le jour J de l'attentat a été fixée par les conspirateurs en fonction des tours de garde. Ce jour-là, comme prévu, deux sentinelles qui font partie du complot sont postées devant la porte de la salle du Trésor. Au signal donné par Czarlitz, l'une d'elles monte précipitamment en haut de la tour et, depuis le chemin de ronde, fait glisser par un mâchicoulis la cordelette munie d'un anneau dans lequel Czarlitz va passer le sceptre enveloppé dans le mouchoir qui lui a servi de masque. L'homme n'a plus qu'à le hisser, le cacher et redescendre quatre à quatre juste avant l'arrivée de Tintin et du roi qui l'envoie chercher les doubles des clefs. En ouvrant la porte, le point d'interrogation au-dessus de leurs têtes en témoigne, le roi et Tintin sont frappés de stupeur devant les corps étendus sur le dallage, mais le garde, lui, reste impassible (41 D 2). Pour lui, aucun point d'interrogation, comme s'il savait…

Les conjurés ont été très habiles. Tout d'abord dans le choix du produit fumigène qui a "pris à la gorge" et endormi instantanément toutes les personnes présentes dans cette salle pourtant de dimensions très vastes, sauf Czarlitz, bien sûr, équipé d'un masque ou d'un mouchoir. Hergé, comme tous ses contemporains de l'entre-deux-guerres, se souvient de la redoutable efficacité des gaz de combat. Les gaz soporifiques lui ont déjà servi à neutraliser Tintin dans les Cigares du Pharaon, les passagers et l'équipage du Manitoba dans le Rayon du Mystère. Habileté aussi dans la rapidité des opérations car – c'est une coïncidence imprévue – il ne s'est pas écoulé plus de dix minutes entre l'enfumage et l'arrivée en trombe du roi et de Tintin. Il est même incroyable qu'aucune trace de cette "épaisse" fumée ne subsiste dans la salle… Pourtant, les comploteurs ne sont pas au bout de leurs peines. La principale difficulté de l'opération est de faire sortir le sceptre de la forteresse dont les entrées et sorties sont naturellement étroitement contrôlées. La nuit suivante, l'un des deux gardes complices qui sait qu'il est de faction à l'extérieur du château - les abords de celui-ci sont évidemment surveillés - va chercher le sceptre dans sa cachette, le descend en le dissimulant sous son grand manteau rouge et s'en va prendre sa garde. Depuis son poste, ou à l'occasion d'une ronde – nous sommes à un jour de la pleine lune – il détache l'une des barques de service au pied de la muraille, traverse le fleuve et va déposer son précieux fardeau dans un endroit convenu du bois de bouleaux qui est désert et peu fréquenté. Malheureusement pour lui, dans sa hâte et dans l'obscurité du sous-bois, il se trompe de repère…

À l'aube, le conjuré dont c'est la mission se rend discrètement au bord du fleuve, entame une première recherche mais ne trouve rien à sa grande surprise. Du coup, il va chercher du renfort, à savoir les deux gredins, un chrétien et un musulman, avec qui il a attaqué Tintin la veille dans le parc de la Galerie des Fêtes et qui attendent dans leur voiture. Le trio explore à fond le bosquet de bouleaux convenu. Peine perdue. Ils vont alors fouiller tout le bois jusqu'à près de 14h et c'est miracle que Tintin, les Dupondt et les deux gardes soient arrivés à temps pour les neutraliser au moment où ils réussissaient. Mais alors, objecterez-vous, si tel était le plan prévu, pourquoi Czarlitz a-t-il truqué son appareil photographique, fait croire à ses complices de l’équipe de ramassage qu’il expédierait le sceptre par la voie des airs et ordonné de le récupérer le lendemain matin seulement ? Parce que les instigateurs du complot croyaient que le stratagème serait rapidement dévoilé (on peut en effet s'étonner que les murs, les hallebardes et même les pieds de l'appareil photographique aient été sondés sans que l'on s'attaquât au "mystère de la chambre noire !") Si, comme ils l'escomptaient, le pot aux roses avait été découvert immédiatement, le bois n'aurait pas manqué de faire l'objet d'un ratissage en règle. On n'aurait rien trouvé, évidemment puisque le sceptre n’avait pas encore été déposé dans le bois ! Du coup, les enquêteurs en auraient déduit qu'ils arrivaient trop tard, que le sceptre était déjà en route pour la Bordurie et la police se serait lancée sur d'autres pistes laissant le champ libre à la deuxième phase nocturne de l'opération. D’autre part, en laissant les seconds couteaux dans l'ignorance de la machination et en prenant sur lui la responsabilité du crime, Czarlitz couvrait les gardes félons sans encourir de risque puisqu’il savait déjà pouvoir s’évader de la prison d’État.

Finalement, en regardant la vitrine du marchand de jouets, Tintin n'a vu que le canon à ressort. Il aurait mieux fait, selon nous, de considérer le véritable indice : le petit avion pendu par une ficelle, comme le sceptre ailé à la Tour Carrée du château Kropow.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: jazzy (Adresse IP journalisée)
Date: 22/06/09 12:27

Waw ! Belle démonstration !
Merci à toi mik d'avoir contacté Yves Horeau et de nous avoir ainsi permis de profiter de cet extrait de son étude sur la Syldavie...
Et merci à Yves Horeau lui même pour cette communication !

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: dofero (Adresse IP journalisée)
Date: 22/06/09 14:47

Effectivement, une très belle démonstration rationnelle, avec plein de calculs, d'hypothèses, de démonstrations,... Cela me rappelle mes débuts calamiteux en classe de seconde avec les cours de physique...

Malheureusement ceci est à 1000 lieues de l'idée que je me fais de la bande dessinée. Pour moi, c'est l'onirisme pur, le rêve absolu... D'accord, Tintin est dans la réalité, mais tout ceci n'est qu'apparence, chimère, à la limite simple prétexte... Si l'on veut absolument en faire un être de chair et de sang, alors il n'existe pas... Au bout de 24 aventures (même 22, selon sa propre sensibilité ), si l'on se base sur une froide raison , notre héros est un mort-vivant... Combien de fois aura-t-il échappé à une fin tragique au mépris de simples statistiques... Tiens, première question : pourquoi n'a-t-il pas pris une ride, un cheveu blanc entre le Congo et le San Théodoros ?
Si l'on s'interroge sur l'angle de tir et la courbe décrite par le sceptre d'Ottokar, les six tomes de l'estimé Philippe Goddin ne suffiraient pas à dénombrer toutes incongruités rencontrées dans le diptyque « objectif Lune »...

Non, arrivé à ce stade de ma vie, je ne veux pas être un génial Einstein aux cheveux blancs, mais le petit garçon que j'étais, et qui avait bien du plaisir de voir Félix le chat circuler au fond de l'océan en s'éclairant avec une ampoule qu'il avait prise dans un phylactère nous indiquant qu'il avait eu une idée, et qu'il alimentait grâce à un poisson torpille...
Voilà ce que je veux retenir de la bande dessinée, et non pas le poids du sceptre d'ottokar ni le nombre de Newton qu'il a fallu au ressort pour l'envoyer de l'autre côté de la rive...

Désolé d'aller à contre-courant... Ne m'en veux pas Mik, mais parler de « rigueur intellectuelle » pour les aventures de Tintin, je trouve cela un peu incongru...

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: jazzy (Adresse IP journalisée)
Date: 22/06/09 18:15

@ dofero
Oh,comme tout ceci est bien exprimé... moi, je me régale à vous lire tous,
et entre vos arguments mon coeur balance; mais j'aurais plutôt tendance à vivre les choses comme toi dofero...
au premier degré et en privilégiant le côté poétique de toutes ces invraisemblances , tout en admirant cependant cet esprit d'analyse et de " rigueur intellectuelle" représentés par Yves horeau et mick...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 22/06/09 18:18 par jazzy.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 22/06/09 23:34

Merci pour vos commentaires! Sachez que je vous ai épargné une page entière concernant les calculs de la masse du sceptre et de sa trajectoire!

J'espère que chacun fait bien la différence entre:
- l'hypothèse -au demeurant géniale- d'Yves Horeau, qui n'ôte rien à Tintin, mais confirme une fois de plus que notre héros vit dans un monde 'chimérique et onirique'.
- l'erreur de raisonnement décrite au début de ce post, qui équivaut à une quasi destruction de preuves.

dofero a écrit: "Désolé d'aller à contre-courant... Ne m'en veux pas Mik, mais parler de « rigueur intellectuelle » pour les aventures de Tintin, je trouve cela un peu incongru..."

Personnellement je trouve que c'est Tintin lui-même qui est incongru, avec ses distorsions de temps et d'espace, ses objets qui se déplacent, ses anatomies étranges, ses ubiquités, etc, ...pour ne pas dire ses 'trucages'.
Je dirais même plus: incongru, chimérique, onirique et poétique!
Pourquoi se limiter, puisque Hergé lui-même a invité ses lecteurs à aller 'plus loin' dans l'étude de Tintin?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 22/06/09 23:36 par mik.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: dofero (Adresse IP journalisée)
Date: 23/06/09 07:35

Merci Mik, je vois que nous sommes sur la même longueur d'onde ! ^^

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 16/01/11 19:17

Une petite enquête, qui montre comment des erreurs peuvent permettre d'aller 'plus loin':

Plus de 2 ans déjà... Souvenez-vous, plein d'indices balkaniques et de fausses pistes extra-balkaniques menaient vers la région qui "a offert en 2007 un nouveau costume au célèbre Manneken Pis, costume similaire à celui des paysans syldaves maintes fois représenté par Hergé..."

La réponse correcte, la MALOPOLSKA (tout au SUD de la Pologne) avait été étrangement refusée par un tour de passe-passe au profit de la CACHOUBIE (tout au NORD de la Pologne, et costume offert un an plus tôt, en 2006).

voir [wiadomosci.wp.pl] et [www.malopolskie.pl]

Quelle importance, me direz-vous?
Eh bien, les prénoms des jumeaux Halambique, Alfred et Nestor (voir 'Le Sceptre d'Ottokar'), sont aussi ceux des deux principaux historiens qui ont écrit sur la MALOPOLSKA, région de Cracovie, durant le haut moyen âge... A creuser, sans doute.

Pas totalement inintéressante, cette question truquée, finalement...



Modifié 4 fois. Dernière modification le 22/12/11 07:44 par mik.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 13/02/12 00:01

Plus de 3 ans déjà... Souvenez-vous, plein d'indices balkaniques et de fausses pistes extra-balkaniques menaient vers la région qui a réellement "offert en 2007 un nouveau costume au célèbre Manneken Pis, costume similaire (hem!) à celui des paysans syldaves maintes fois représenté par Hergé...", bonne réponse qui a pourtant fini par être étrangement écartée (cf post du 16 janvier 2011...)

La 2e photo du site [www.malopolskie.pl] évoque une étrange scène qui se déroule en Syldavie, quand Haddock, déguisé en ...militaire, essaie de faire sortir Tournesol de sa torpeur au moyen d'un 'cheval de bois', typique du folklore de Cracovie, région mentionnée par deux historiens prénommés ...Nestor et Alfred, qui ont parlé de cette région durant le haut moyen âge.

Chercher Alfred + Nestor + Cracovie sur Google ne donne guère plus qu'un long texte de Chateaubriand, ainsi que le post de 2011.
Ce qui est certain, c'est qu'aucun des deux historiens ne porte le nom de famille 'Halambique' !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 24/02/12 08:23 par mik.

Re: SYLDAVIE & rigueur intellectuelle
Envoyé par: mik (Adresse IP journalisée)
Date: 13/01/14 21:32

Le site OT qui avait justifié le présent post a disparu sans mot dire fin 2013, une belle mort paisible, quasi inaperçue, qui n'a pas déclenché le tollé de la première tentative d'arrêt, il y a quelques années...

Un site et un "Cercle d'Histoire de Bruxelles" trop bavards, peut-être...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 04/08/18 19:55 par webmaster.



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster dans ce forum.

Accueil    Aller sur le chat SAPBM