Retour ŕ la page d'accueil Retour ŕ la page Musique

La Musique est Ă  vous

     Interview de prĂ©sentation

2022

14/05 Tout un poème

Une émission autour de l’œuvre qui est, pour moi, la plus belle page pour violon et orchestre : le Poème op.25 d’Ernest Chausson. L’occasion aussi de découvrir, ou re-découvrir, ce musicien subtil. Il est né en 1855 à Paris et mort en 1899 d'un stupide accident de vélo. Son œuvre n'est pas très importante quantitativement mais il a marqué les compositeurs français et belges venus après lui. On sent planer sur Chausson deux ombres tutélaires : Richard Wagner et César Franck.

30/04 Brève rencontre

Aujourd’hui une émission consacrée à un grand chef d’œuvre de la musique romantique : le 2ème concerto pour piano de Sergei Rachmaninov, le « Rach 2 » comme disent les spécialistes. Une autre œuvre - cinématographique celle-là - a beaucoup fait pour sa popularité : le film de David Lean intitulé « Brève rencontre », sorti en 1945 juste après la guerre et Palme d'Or à Cannes. Nous étudierons les deux œuvres en parallèle.

09/04 Le Rondo

S'il est une forme qui traverse l’histoire de la musique avec une constance remarquable c’est le rondo. Elle le doit tout d’abord à sa simplicité. En fait un rondo c’est une succession de refrains et de couplets, comme dans la plupart des chansons. Les Français adorent cette forme, raison pour laquelle elle s’écrit tout d’abord Rondeau. Quand les Italiens l'emploieront on l’écrira avec un O final. Nous explorerons cette forme en procédant par ordre chronologique.

26/03 Le Roi David

Une émission consacrée à l’un de nos plus grands compositeurs français j’ai nommé Arthur Honegger. En fait je devrais dire « suisse » car c’est sa vraie nationalité mais il a passé toute sa vie en France et nous l’avons pour ainsi dire adopté. Jean Cocteau l’a embauché dans son fameux Groupe des 6 mais, à vrai dire, la musique d’Honegger, qui plonge ses racines dans le grand répertoire germanique, est éloignée de celle de ses compagnons d’armes comme Francis Poulenc ou Darius Milhaud...

12/03 Majeur vs Mineur

Depuis 4 siècles la musique occidentale est basĂ©e sur 2 modes seulement : le majeur et le mineur. On fait pâle figure Ă  cĂ´tĂ© des quelques 70 modes du raga hindou, mais la simplicitĂ© d’une règle ne fait pas forcĂ©ment la simplicitĂ© du jeu. C’est un peu comme les Ă©checs : il faut 5 minutes pour apprendre la marche des pièces et toute une vie pour en explorer les possibilitĂ©s... Explorons quelques œuvres qui mettent en lumière cette dualitĂ© majeur/mineur.

26/02 Masques et Bergamasques

Emission spĂ©ciale FaurĂ© avec principalement sa dĂ©licieuse œuvre intitulĂ©e «Masques et Bergamasques» qui nous plonge dans les FĂŞtes Galantes chères Ă  Watteau et Verlaine. Nous n'oublierons pas non plus son contemporain Debussy qui a lui aussi traitĂ©, Ă  sa manière, les mĂŞmes thèmes.

12/02 Signatures musicales

Vous le savez peut-ĂŞtre la notation anglo-saxonne de la musique diffère de la nĂ´tre. Ainsi on ne dit pas « do rĂ© mi fa sol » etc. mais on emploie des lettres : A, B, C... jusqu'Ă  H. Des compositeurs aussi diffĂ©rents que Bach, Schumann, Liszt, Brahms, Chostakovitch ou Boulez se sont amusĂ©s Ă  glisser des signatures musicales dans leurs œuvres.

29/01 Demandez le programme !

Un rien provocateur, Stravinsky a déclaré : « Je considère la musique, par son essence, impuissante à exprimer quoi que ce soit ». Certes, la musique n’est pas un langage conceptuel. On ne peut pas dire en musique « le ciel est bleu » ou bien « passe-moi le sel ». C’est le fameux concept de « musique pure » : la musique qui s’écoute pour elle-même, et qui n’exprime qu’elle-même. Pourtant, au XIXème siècle, un fort courant se dessine, sous l’impulsion de Berlioz : il s’agit de la « musique à programme », par opposition justement à la « musique pure ».

08/01 Viennoiseries

Si l’on ramenait toute une année en une seule journée nous serions en ce début janvier le matin, en train de prendre le petit déjeuner. Et quoi de mieux, en la circonstance, que de déguster quelques viennoiseries ? C’est ce que nous allons faire, comme le veux d’ailleurs la tradition avec le fameux concert du Nouvel An à Vienne.

2021

24/12 Spécial Noël

Une sĂ©lection de musiques ayant toutes un rapport avec NoĂ«l. Cela va des chants religieux Ă  des extraits d'opĂ©ras en passant par... «Mon beau sapin» (Ă©videmment !)

11/12 L'ami Franz

Le Romantisme musical nait avec Franz Schubert. Après lui Weber, Schumann, Chopin, Liszt, Verdi ou Wagner Ă©criront les pages les plus flamboyantes de cette pĂ©riode extraordinaire. Mais c’est un jeune garçon timide, rĂ©servĂ©, au physique ingrat, surnommĂ© «petit champignon», qui leur a ouvert la voie.

27/11 Symphonie en sol mineur

Il y a deux grandes symphonies en sol mineur dans l’histoire de la musique. La première, vous la connaissez sĂ»rement, c’est celle de Mozart ! Mais aujourd’hui je vais vous parler de l’autre. Elle est l’œuvre d’un compositeur français, amoureux de la mer, farouchement indĂ©pendant, qui mĂ©rite d’être (re)dĂ©couvert.

13/11 Les moments magiques

Dans son ouvrage intitulé « Monsieur Croche anti-dilettante » Claude Debussy nous dit, à propos du mouvement lent du concerto pour violon en mi majeur de Jean-Sébastien Bach : « Cette musique est si belle qu’on ne sait pas comment se tenir pour se montrer digne de l’entendre ». Le temps semble s’arrêter. Une beauté suspendue presque irréelle. Ecoutons quelques moments magiques.

30/10 Mozart 1784

Le bouquet de six concertos pour piano que Mozart compose en 1784 est unique. Comme le dit si bien Olivier Messiaen : « Construire en un temps si court une si haute gerbe de fleurs diverses, cela tient du miracle ! Et le miracle, c’est que, pour Mozart, il n’y en avait pas... » Une plongée dans cette année 1784 en suivant le catalogue tenu par Mozart lui-même.

16/10
Un chef d'œuvre venu du froid

Pour cette première émission nous allons en Finlande, un pays où il ne fait pas très chaud, parsemé de lacs, de forêts et de roches granitiques. La musique de Sibelius que nous allons entendre donne cette impression de quelque chose de minéral, d’un seul bloc. Il s’agit de sa septième et dernière symphonie, en un seul mouvement, et non pas en trois ou quatre comme le veut la tradition. Elle est datée de 1924.


Accueil    Connexion / DĂ©connexion